Interview : Amélie – Les effets du chant sur le corps et l’esprit

Rencontrée au hasard du Web quelques jours avant d'accoucher, j'ai eu la chance de vivre une séance de chant prénatal avec Amélie qui m'a profondément émue. Je l'ai donc naturellement invité à nous en dire plus sur son activité.

Table des matières

sans-soucis-article

Où trouver Amélie Chambinaud ?

Son site internet : http://ameliechambinaud.fr

Facebook : https://www.facebook.com/j.enchante.ma.grossesse/

Instagram : https://instagram.com/ma_voix_est_libre

Interview réalisée le 01/03/2022

Qui es-tu ? 

Vaste question !! Je suis Amélie Chambinaud, artiste musicienne, j’ai 38 ans, je vis à Nîmes, je suis la mère d’une enfant de 4 ans.

Comment es-tu allée vers l’art-thérapie ? 

Je suis musicienne professionnelle et j’ai toujours aimé que les personnes qui viennent assister à mes concerts ou à mes cours (j’enseigne les percussions au conservatoire de Nîmes) partagent un moment de bien être, et repartent avec quelques outils pour aller mieux. Je pense que dès le départ dans mon enseignement j’utilisais des principes d’art-thérapie sans le savoir… en m’intéressant plus au processus qu’au résultat, en m’attachant plus à l’état émotionnel de mes élèves qu’à leur virtuosité. J’ai aussi toujours eu à cœur de m’adresser à tous les publics. C’est ainsi que j’ai eu la chance de jouer en concert devant un public d’enfants sourds, de proposer des ateliers pour des adolescents autistes, en EHPAD, pour des personnes migrantes etc.

Et puis en 2020 j’ai suivi une formation d’art-thérapie et en 2021 une formation de chant prénatal. Formations qui ont fait grand sens pour moi et qui, en plus des outils précis qu’elles m’ont apportées, ont aussi posé des mots sur mes pratiques.

Au jour le jour comment le chant nous aide ? 

Au quotidien ? Je pense que cela varie selon les personnes et les situations ! Et que c’est un outil très pratique car on l’a toujours avec soi.

Pour ma part, chanter me sert parfois d’exutoire – mettre une chanson que j’aime volume a fond et chanter-hurler sur la musique pour me défouler ; ou d’autres fois, écrire une chanson dans laquelle je « vide mon sac » : cela permet de mettre des mots, d’utiliser cette énergie de colère ou de tristesse de manière créative et… de prendre un peu de recul sur la situation !.

Chanter avec d’autres personnes m’est très bénéfique car je me sens immédiatement en lien, dans un partage sincère… et les canons ou les polyphonies nourrissent mes oreilles ! 

Enfin, j’utilise le chant quotidiennement avec ma fille – et donc cela depuis plus de 4 ans. Notamment pour l’aider à s’apaiser et s’endormir le soir, mais aussi parfois quand nous avons des moments d’attente (en voiture, au magasin…).

Quelles sont les principaux besoins des personnes que tu accompagnes? 

Comme j’accompagne des personnes très différentes … il y a bien sûr à chaque fois des besoins spécifiques. Et m’adapter, proposer des contenus sur mesure, fait partie de ce que j’aime dans la vie professionnelle que je me suis créée. Mais je dirais s’il y a un besoin commun c’est le besoin d’expression. S’exprimer, par des mots, de la musique, ou un autre support artistique ; et être entendu.e. 

Un autre besoin très fort, déjà présent avant mais vraiment fondamental depuis la crise sanitaire, c’est le besoin d’être en lien. Je vois comme les concerts (de moi même ou de mes élèves) revêtent une saveur et une intensité toute particulière ! De même pour les ateliers de chant prénatal ou pour les cercles. Moments privilégiés pour se retrouver entre femmes enceintes / entre femmes.

Qu’est-ce que le chant prénatal ? 

Il s’agit de chanter bien sûr, mais pas seulement !! Le chant prénatal est un très bel exemple d’art-thérapie ! 

Le résultat esthétique importe peu… en effet, le bébé se fiche complètement des notions de justesse ou de « chanter en rythme »… mais le bébé reçoit le chant de sa mère ou son père comme un véritable massage (avant de percevoir le son par les oreilles, à partir de 5 mois de gestation, nous percevons le son … par la peau !!). Le son des voix perçues par le bébé in utero revêtent un lien émotionnel très fort ! Chanter pour son bébé (que l’on soit la personne enceinte ou la-le partenaire) permet de communiquer avec lui, de créer un lien fort et concret. Notre voix et les chansons partagées pendant sa vie in utero seront un vrai « doudou sonore » dans sa vie « à l’extérieur ».

De plus, dans une séance de chant prénatal, nous nous servons de différentes vocalises, jeux et exercices pour aider la femme enceinte a bien vivre sa grossesse (perception affinée de son corps, travail de la respiration qui permet d’être moins essoufflée en fin de grossesse, mais aussi accueil émotionnel de tous les bouleversements traversés) et pour avoir des outils concrets le jour de l’accouchement (avec un travail sur les sons graves qui accompagnent les contractions, sur les abdominaux pour aider au travail et à la poussée et sur la respiration).

Dans une séance de chant prénatal je propose donc de courts exercices spécifiques, et aussi 3 à 4 chansons qui parlent spécifiquement de la grossesse, la maternité, l’enfantement, … 

Les conjoint.es sont les bienvenu.es, ils et elles repartent avec des outils concrets pour soutenir leur compagne et pour être acteurs et actrices le jour de l’accouchement. 

Comment bébé perçoit ces sons ? 

Avant le 5e mois de grossesse, l’ouïe n’est pas fonctionnelle…. Mais bébé perçoit les sons par la peau. C’est quelque chose que nous percevons tous et toutes mais dont nous ne sommes en général plus conscients… pour se reconnecter à cette sensation on peut par exemple mettre les mains sur un piano acoustique lorsque quelqu’un est en train d’en jouer, et sentir les vibrations sous nos paumes, ou encore sentir les vibrations dans notre corps ou sous nos pieds quand on est dans un concert. 

Ensuite, le bébé va aussi percevoir les sons par son audition. Il a été prouvé scientifiquement qu’à sa naissance un bébé est capable de distinguer la langue maternelle parmi d’autres, et de reconnaître aussi la voix de sa mère parmi d’autres. Bébé reconnaît aussi les autres voix entendues régulièrement pendant la gestation (voix du papa ou de la deuxième maman, voix d’un grand frère ou d’une grande sœur). Comme le bébé baigne dans le liquide amniotique, la perception évolue… mais cela se fait progressivement car au moment de la naissance, le bébé a encore du liquide dans les oreilles, qui va s’évacuer au bout de plusieurs heures (jusqu’à deux jours). On peut imaginer que cela lui fait une transition progressive dans ses perceptions auditives.

Comment le chant peut-il nous aider lors de l’accouchement ?

Il ne s’agit pas à proprement parler de chanter, mais de vocaliser… produire des sons graves, qui vont naturellement résonner dans le bassin. Cela aide la personne en train d’accoucher à rester le plus possible dans la détente, à favoriser l’ouverture (du bassin et du col de l’utérus) et en même temps à rassurer et à accompagner le bébé. 

Tous les exercices et mélodies faisant travailler la respiration sont précieux.

As-tu autre chose à ajouter ? 

Si tu souhaites en savoir plus sur les ateliers de chant prénatal, que je propose à Nimes et en ligne, mais aussi sur mes coffrets « j’enchante ma grossesse » (100% online) tu peux me retrouver sur facebook et Instagram @ma_voix_est_libre !

Picture of fanfi

fanfi

Pauline Hanfi CZT coach en magie créative

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *