Thérapie d’impact : La psychologie terre-à-terre

Je te présente aujourd'hui un courant de psychologie qui m'inspire beaucoup dans ma démarche d'accompagnement : la thérapie d'impact.

Table des matières

psy thérapie d'impact

Voyons en détail ce qu’est la thérapie d’impact et comment l’appliquer avec créativité à travers les techniques d’impact.

Présentation de la thérapie d’impact

La thérapie d’impact est une approche de traitement utilisée en psychothérapie pour aider les individus à cheminer vers leur mieux-être en les confrontant à leurs problématiques de manière concrète. Cette forme de thérapie a été inventée par le Dr Ed Jacobs dans les années 90. Les séances sont interactives et intégratives, basées entre-autres sur l’Analyse Transactionnelle, la Gesalt, la Thérapie Comportementale Emotivo-Rationnelle (TCER). Dans le cadre d’une thérapie brève, le thérapeute illustre des concepts théoriques de manière très pratique, en usant de métaphores et de jeux. Par exemple, il accompagne le patient à se confronter à des pensées, émotions ou situations qu’il évite ou redoute, dans un environnement contrôlé et sécurisé dans le but de l’aider à réduire son anxiété, apprivoiser ses réactions et à développer des stratégies pour mieux faire face à ses difficultés.

thérapie d'impact illustration renouveau

Dr Ed Jacobs a consacré sa carrière à l’amélioration de la pratique clinique et à la formation des professionnels de la santé mentale. Diplômé de l’Université de Floride, il a obtenu son doctorat en counseling à l’Université de l’Ohio. Il est connu particulièrement pour son travail dans les domaines de la thérapie centrée sur les émotions et de la thérapie axée sur les solutions. Il est l’auteur de nombreux livres et articles sur ces sujets, dont « Impact Therapy: The Courage to Counsel » et « Group Counseling: Strategies and Skills ». Jacobs est également co-fondateur du Center for Creative Counseling à Sarasota, en Floride, où il a exercé en tant que thérapeute et formateur. Tout au long de sa carrière, le Dr. Jacobs a été un fervent défenseur de l’approche humaniste, mettant l’accent sur l’importance de la relation thérapeutique et de l’expression émotionnelle dans le processus de guérison. Avec la thérapie d’impact, le thérapeute s’implique activement dans le processus : Il ne laisse pas son patient s’engluer dans les méandres de son esprit, mais oriente et recadre, tout en restant dans une attitude de non-jugement.

Cette approche psychologique est particulièrement connue pour sa mise en pratique via les techniques d’impact qui utilisent des objets, des dessins ou des mouvements pour illustrer concrètement un concept abstrait. Les techniques d’impact placent le patient directement en situation, pour qu’il devienne acteur de son traitement. Le travail est multisensoriel : pour illustrer le poids d’une situation, on met des cailloux dans un sac, qu’on porte sur son dos par exemple. En confrontant directement leurs problématiques psychologiques de manière imagée dans un environnement contrôlé, les patients peuvent apprendre à réduire leur anxiété, à développer de nouvelles perspectives et à améliorer leur capacité à faire face aux défis de la vie quotidienne. Cela permet enfin au patient d’évaluer facilement sa progression au long des séances et d’ancrer les transitions.

Présentation vidéo :

Mon approche de la thérapie d’impact

La thérapie d’impact, par son attitude directe et expérientielle m’a directement séduite. C’est une méthode qui propose des solutions concrètes aux troubles des individus. Elle est étroitement liée à l’art thérapie, car pratique, multisensorielle et créative.

J’ai découvert cette approche grâce à Anaïs Kusler dont j’ai suivi toutes les formations en ligne 🙂

Son enseignement théorique est ponctué d’exemples pratiques faciles à mettre en place et constitue une véritable source d’inspiration.

J’aime particulièrement son attitude directe et humaine, allié au regard critique qu’elle porte sur les lieux-communs et les théories du développement personnel. Si tu suis ce blog, tu dois savoir que j’aime beaucoup aborder les sujets « new-age » tels que la gratitude, la symbolique, la puissance de la visualisation… Toutes théories que Anaïs remet fréquemment en question de manière plutôt radicale.

fanfi illustration renouveau

Cela te semble étrange que j’apprécie cela ? Justement, par la pertinence de ses critiques, la thérapeute-formatrice me sert de garde-fou et m’encourage à développer une approche personnelle, « entre-deux-eaux » sans tomber dans un dogmatisme spirituel qui biaise notre pensée. Il est important de se souvenir que chaque outil a ses limites et, si on l’utilise à mauvais escient, l’effet peut être contre-productif en renvoyant le patient à des injonctions « à être heureux » ( ou prendre sa vie en mains / voir les choses positivement / croire en ses rêves… et autres « recettes » du développement personnel) qui le mettent en situation de stress ou de découragement. Adopter une pensée pratique plus que théorique permet de vraiment cadrer avec la réalité de chacun.

Enfin, grâce au coffret Les couleurs du deuil, j’ai suivi avec plaisir les interventions de Danie Beaulieu, fondatrice de l’académie d’impact. Son catalogue de formations est tellement riche que je pense m’y plonger bientôt plus profondément.

La thérapie d’impact, ça t’inspire ?

Comme tu peux le lire, j’adore la thérapie d’impact et m’en enrichis régulièrement. Je ne l’utilise pas directement, mais j’y puise plutôt des idées et des cas pratiques que je peux ensuite réutiliser en art-thérapie dans mes ateliers de magie créative.

Si ça t’intéresse de pratiquer avec moi en découvrant la mise en application de certaines techniques d’impact en art-thérapie, je suis disponible pour des séances individuelles au Sud de Paris (91) ou sur internet :

N’hésite pas enfin à écrire en commentaire ce que cette méthode t’inspire ou à partager cet article, par exemple sur Pinterest !

Picture of fanfi

fanfi

Pauline Hanfi CZT coach en magie créative

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *